Un peu de lectures

Un POINTS c’est tout : Quatre lettres d’amour – Niall WILLIAMS

Ami(e)s virtuel(le)s, bonjour !

Nouvelle lecture dans le cadre du prix du meilleur roman des éditions Points. Attention, énorme claque, bourrasque, coup de fouet ! Départ pour l’Irlande, ses côtes escarpées, ses landes battues par les vents. Oui, c’est cliché, oui , c’est sans doute réducteur, mais moi, ce décor pleins d’embruns façon Yann Tiersen, ça m’a énormément plu.

L’histoire commence par un récit à la première personne. Nicholas, 12 ans voit sa vie basculer lorsque son père, jusqu’ici fonctionnaire zélé décide, sur l’appel de Dieu lui-même de tout quitter pour peindre. Nous ressentons le choc, la sidération et les ondes de propagation de la décision qui, comme le ressac, viennent se briser sur l’existence paisible du jeune homme. Par-delà l’incompréhension, la colère, Nicholas conserve pour son père une admiration sans borne. 

« Elle s’interrompit. Peut-être se rassit-elle. Lorsqu’elle reprit, sa voix était coupante, elle avait avalé les bris de verre de ses larmes ».

Isabel, quant à elle, porte la culpabilité de la maladie de son frère, victime d’une attaque cérébrale alors qu’ils jouaient sur un sentier côtier. Sauvage, indépendante et intelligente, Isabel nous est contée à la troisième personne.

Les trajectoires de ces deux vies vont bien entendu se rencontrer comme Andromède, la Voie Lactée ! Parce qu’il y a effectivement quelque chose de l’ordre du cosmique dans le roman de Niall Williams. Le jeu du « je » et du « elle » structure le choc de la rencontre entre les deux personnages. Roman irlandais, Dieu est extrêmement présent. Sa Voix, sa Présence, sa Volonté toute puissante. Au fur et à mesure du récit, un onirisme à la Boris Vian sourd de tous les pores d’une terre rude. Nous sommes poussé(e)s sur la brèche de notre raison, au bord des coeurs qui battent, s’entrechoquent et se brisent, aussi, parfois. 

Que dire du style ? De la richesse de la structure narrative ? De la finesse des descriptions ? De la justesse de certains propos sur l’amour, de leur beauté et de leur cruauté ? J’ai TOUT aimé dans ce roman. Parfois, on ne sait pas pourquoi nous lisons. Avec Quatre lettres d’amour, si. C’est pour être emporté(e)s à ce point. Pour être bouleversé(e)s par les émotions des personnages, parce que ces émotions nous renvoient à nos émotions. Parce que les mots disent le monde tel que nous le voyons nous-même.

« Au fond des marmites, uniformément noircies, se développait une épaisse écorce de brûlé que l’eau froide sans savon ne parvenait pas à faire partir, et qui, avec le temps constituait le fond épais des soupes et des sauces à venir, s’accumulant comme les péchés au fond de l’âme ».

Un immense merci à Niall Williams d’avoir écrit cette histoire (et l’on est d’autant plus bluffé.e lorsque l’on apprends qu’il s’agit de son premier roman), un immense merci  à Josée Kamoun de l’avoir traduite, aux éditions Héloïses d’Ormesson de l’avoir publié et aux éditions Points de l’éditer en format de poche et de l’inclure dans la sélection de leur prix.

Pour celles et ceux qui l’auraient lus, donnez-moi vite votre avis, sinon, courrez en librairie, en médiathèque, vous vous accorderez une pause pleine d’embruns, d’amour et d’évasion. A bientôt, si le coeur vous en dit, et d’ici là, bonnes lectures !

Constance

Vade-mecum du voyageur livresque

  • Quatre lettres d’amour, Niall Williams – traduit par Josée Kamoun
  • Edition originale : Editions Héloïse d’Ormesson
  • Edition de poche : Editions POINTS
  • 405 pages
  • Prix : 8,10 euros
  • A lire si vous aimez les histoires d’amour…en général
  • A éviter si vous détestez les sentiments, c’est un peu le sujet ici
  • Où l’emporter en voyage ? Dans les embruns de la côte atlantique.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s